Scopri
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
il Louvre con la Bibbia
default.titre
default.titre
Jouez avec LouvreBible !
quiz.louvrebible.org
Iscrivetevi alla Newsletter !
www.louvrebible.org
Attualità
Pittura del Mese
I lavori del mese
Libro del mese
Articolo del Mese
Emplacement
Mesopotamia arcaica
Mesopotamia
Assiria , Ninive
Arslan Tash, Til Barsip
Iran, Palazzo di Dario
Fenicia, Arabia, Palmyra
Costa Occidentale Siria
Ugarit Byblos
Grande Sfinge. Il Nilo
Gli svaghi. Il Tempio
I sarcofagi,
La mummia
Il Libro dei Morti.
Gli dÉi
Antico e Nuovo Impero
La scrittura e gli scribi
Sala Campana
Sala dei Bronzi
Sala delle Cariatidi
Arte romana
Epoca di Giulio-Claudio
Antichità tardiva
Gallia , Africa e Siria
Visita tematica
Ricerca di un´opera
Ricerca di un tema
Visita ludica
Lo sapevate ? - 1
Lo sapevate ? - 2
Lo sapevate ? - 3
Diaporama
Volete saperne di più ?
Commander le livre par Internet
Bon de commande A imprimer
Contatto
Bibliografia
Note
Glossaire


Bibbia e Astronomia

 

Dans les temps anciens, des questions ayant trait au cosmos hantaient les humains : Quelle est la forme de la terre ? Sur quoi repose-t-elle ? Que disait la Bible sur ces questions ? Comment la cosmologie moderne considère-elle l’Univers ? Suivant le modèle figé d’Aristote ou des déclarations simples mais exactes de la Bible. Parcours dans les salles et dans le texte.
 
La Bible n’est pas un livre d’astronomie. Mais chaque fois qu’elle aborde ce sujet, elle se montre remarquable tant dans ce qu’elle dit que dans ce qu’elle ne dit pas. Pas une fois dans ses plus de 1100 chapitres on ne trouve une conception ou une affirmation qui serait contraire aux faits découverts depuis la fin de la rédaction du texte biblique. Ce n'est pas le cas des anciennes croyances.
                   
 
Zodiaque de Dendéra     D 38  
 
AE salle 12 bis       
 
Dans la mythologie égyptienne, Nout est la déesse personnifiant la voûte céleste . Elle est représentée sous l’apparence d’une femme au corps très allongé courbée au-dessus de la terre. Elle prend parfois l’apparence d’une vache gigantesque. Sur son ventre sont attachées les étoiles. Notez ici les femmes portant le ciel. AE9
               
L’explication généralement avancée était donc que des objets ou des substances concrètes maintenaient la terre et les autres corps célestes en suspension. Selon d’anciennes croyances, la terre était entourée d’eau et flottait. Les hindous se figuraient que la terre reposait sur plusieurs fondements successifs ; d’abord sur quatre éléphants, les éléphants sur une tortue géante, et la tortue sur un gigantesque serpent enroulé qui flottait sur les eaux de l’univers. Empédocle, philosophe grec du Ve siècle avant notre ère, croyait, quant à lui, que la terre reposait sur un tourbillon à l’origine du déplacement des corps célestes. Cette conception imaginaire contraste nettement avec la déclaration simple mais exacte exprimée dans la Bible. « Il étend le nord sur le vide, il suspend la terre sur rien. » - Job 26:7.
               
Atlas  est mêlé à la
légende des pommes d'or du jardin des Hespérides : Héraclès vint le voir pour qu'il aille cueillir les
pommes pour lui ; Atlas accepta à condition qu'Héraclès soutienne
le monde à sa place pendant ce temps. 

Atlas ne voulant pas reprendre le monde, Héraclès dut utiliser
la ruse. Il dit à Atlas,
qui n'était pas intelligent, qu'il avait mal au dos et qu'il avait besoin d'aide. 

Atlas accepta de
reprendre le globe céleste le temps qu'Héraclès
se repose.
 
Globe céleste sur les épaules d’Atlas 
 
OA 10869       
 
Richelieu 1er salle 23
  
 
 
Dans la mythologie grecque, Atlas est appelé
« Portera Tera »,
ce qui signifie
« celui qui porte
la terre ».
 
Après la révolte des Titans contre les dieux de l'Olympe, il fut condamné par Zeus à soutenir le monde jusqu'à ce que quelqu'un veuille le remplacer. 
               
Que disait la Bible sur cette question ? Il y a près de 3 500 ans, elle affirmait en termes on ne peut plus clairs que la terre est suspendue “ sur rien ” (Job 26:7, sur le vide, le néant, Thompson ; sans appui, Jérusalem). Dans l’original hébreu AA120, le mot traduit ici par “ rien ” (belimah) signifie littéralement “ sans rien ». Bien en avance sur son temps, le rédacteur biblique a pourtant consigné cette affirmation scientifiquement exacte : Une planète suspendue sur le vide.
               
 
Aristote MI 656     AA125
 
Juste de Gand Richelieu
 
2ème étage
Le studio d’Urbino salle 6
 
 
Tout en supposant la terre
sphérique, Aristote niait catégoriquement qu’elle puisse
être suspendue dans le vide.
 
“ L’eau non plus ne reste pas naturellement immobile en l’air,
mais elle doit reposer sur
quelque chose.”
 
Selon sa théorie le soleil,
la lune et les étoiles étaient fixés
à la surface de sphères transparentes et solides.
 
Chaque sphère se trouvait imbriquée dans une autre, et la terre se tenait, immobile, au centre. AA121
               
À mesure que les sphères tournaient les unes dans les autres, les corps qu’elles soutenaient - le soleil, la lune et les planètes - se déplaçaient dans le ciel. l’Église a élevé au rang de dogme religieux les conceptions d’Aristote. L’admiration qui l’entourait valut à son opinion d’être admise comme un fait pendant environ 2 000 ans.  
               
Dans le modèle du cosmos d’Aristote, les sphères célestes étaient figées. Au-delà de la Terre, l’Univers était rempli de sphères cristallines faites d’une substance éternelle : l’éther.  
 
La science moderne
a rendu obsolète
le modèle d’Aristote
 
Comment la cosmologie moderne considère-elle l’Univers ? Suivant le modèle figé d’Aristote ou les déclarations simples mais exactes de la Bible ?
               
«  Peux-tu nouer les liens de la constellation de Kima, ou peux-tu desserrer les cordes de la constellation de Kesil ?  Peux-tu faire sortir la constellation de Mazzaroth en son temps fixé ? Et la constellation d’Ash avec ses fils, peux-tu les conduire ? Es-tu parvenu à connaître les ordonnances des cieux ? » (Job 38 :31-33). La constellation de Kima désignait peut-être le groupe des Pléiades, et celle de Késil la constellation d’Orion. Ce rédacteur biblique ne savait rien des forces invisibles qui retiennent ensemble les corps célestes. 3000 ans après Job, Isaac Newton, avec sa théorie de la gravitation puis Albert Enstein, confirmeront combien les paroles de Job étaient bien plus en avance sur son temps que les théories de l’éminent Aristote.
               
 
 
 
« Connais-tu les lois
du ciel ? »
 
Job 38:33, Thompson
 
Diane auprès du cadavre d'Orion   
 
RF 1997-30   
 
 
Denon 1er étage Maratta salle 20
               
Diane, qu'Orion avait tenté de séduire, le tua en envoyant un scorpion qui le piqua au talon ; pour avoir rendu ce service, le scorpion fut transformé en constellation et Orion subit le même sort.
               
Longtemps avant Aristote (384-322 avant notre ère), qui croyait que les étoiles étaient plantées dans le ciel comme des clous, la Genèse (1:6-8) parlait de la voûte céleste comme d’une étendue (Thompson, Ostervald, TMN), voûte (Bible des peuples), plafond (Chouraqui) ou d’un firmament (Jérusalem,  Osty). Ce denier mot vient du latin firmare, qui veut dire donner de la consistance, de la fermeté, ou rendre solide. Les Septante, influencés pas les idées cosmologiques de leur époque, ont traduit par stéréôma, firmament, voûte solide; rien de tout cela dans la bouche de Moïse: le mot hébreu raqiaê� n’évoque que l’idée d’étendue ou mieux d’expansion. La Bible a donc décrit l’étendue ou atmosphère qui est au-dessus de nous avec la plus grande exactitude.
               

Pour Aristote les étoiles étaient plantées dans le ciel comme des clous.

 
 
« Et Dieu appelait
l’étendue Ciel.»

Genèse 1:8

 

Le mot hébreu raqiaê� n’évoque que l’idée d’étendue ou mieux d’expansion”.

               
Pendant des milliers d’années la question de la forme de la terre a aussi intrigué les humains. L’idée communément admise dans l’Antiquité était celle d’une terre plate. Les Babyloniens, comme les Egyptiens, croyaient que l’univers était une boîte dans le fond de laquelle se trouvait la terre. Lactance, apologiste chrétien du IVe siècle de notre ère, trouvait absurde l’idée d’une terre ronde ; le concept des antipodes relevant du dilemme. AA122  “ Y a-t-il quelqu’un d’assez fou pour croire que des hommes marchent la tête en bas ? que des plantes ou des arbres poussent à l’envers ? que pluie, neige et grêle tombent de bas en haut ? ”. Mais que disait la Bible sur cette question ?
               
 
“ Il y a Quelqu’un qui
habite au-dessus du
cercle de la terre. ”
 
Isaïe 40:22
 
 
 
 VIIIe siècle
avant notre ère
   
 
« Il étend le nord
sur le vide, 
 
il suspend la terre
sur rien. »
  
- Job 26:7.
 
 
Vers 1500 avant J.-C.
               
Des siècles avant que les philosophes grecs n’émettent l’hypothèse d’une terre sphérique AA123, et plusieurs milliers d’années avant que des humains ne voient le globe terrestre depuis l’espace, le prophète hébreu Isaïe fit cette déclaration remarquable de simplicité : “ Il y a Quelqu’un qui habite au-dessus du cercle de la terre. ” (Isaïe 40:22). Le terme hébreu traduit par “ cercle ”, ḥough, peut également être rendu par “ sphère3 ”. D’autres traductions disent “ la rondeur de la terre “  (Est. Michel) ou le “ globe de la terre ” (Crampon 1905, Zadok Kahn, Glaire, Osterwald).
               
Ce globe céleste est le plus ancien exemple oriental sur lequel figure le tracé des constellations. L’Antiquité classique imaginait l’univers comme un emboîtement de sphères : sur celles des fixes, les étoiles étaient positionnées de façon immuable. L’Islam a repris ces conceptions. Ce n’est pas le cas des cas des écrits bibliques. AE14
               
 
Sphère céleste      MAO 824
 
Iran, Isfahan ?    1145
Laiton coulé, décor gravé et incrusté d'argent
 
Richelieu Entresol salle 5 vit 2
   Détail >
 
               
Du temps de Galilée (qui soutenait que la terre tourne autour du soleil), c’est l’Eglise, et non la Bible qui a fait obstacle au débat scientifique. Les autorités religieuses donnaient une mauvaise interprétation de certains versets de la Bible. L’un d’eux se lit ainsi: “Le soleil se lève, le soleil se couche, il se hâte vers son lieu et c’est là qu’il se lève.” (Ecclésiaste 1:5, Jérusalem). D’après l’Église, ces expressions signifiaient que c’est le soleil, et non la terre, qui se déplace. Le rédacteur biblique décrivait en fait le mouvement apparent du soleil vu de notre planète. Un deuxième passage invoqué déclare: “Tu poses la terre sur ses bases, inébranlable pour les siècles des siècles.” (Psaume 104:5, Jérusalem). On a fait dire à ce texte qu’une fois créée, la terre ne pourrait plus jamais bouger. En réalité, c’est de la pérennité de la terre qu’il est question ici, pas de son immobilité AA124.  Ce texte ne se réfère nullement au mouvement relatif de la terre et du soleil. 
               

Du temps de Galilée, c’est l’Eglise, et non la Bible qui a fait obstacle au débat scientifique

 

“Au commencement,

Dieu créa les cieux

et la terre.”

  Pas une fois dans ses plus de 1100 chapitres
la Bible ne mentionne
une conception ou une
affirmation non scientifique.
               
Les faits scientifiques fournis par l’astronomie se rapprochent du récit biblique sur l’origine du monde. Certes, les détails diffèrent, mais on retrouve les mêmes éléments fondamentaux tant dans le récit de la Genèse qu’à travers l’astronomie : dans un cas comme dans l’autre, la chaîne d’événements commence de façon brusque et subite, à un moment bien précis et s’accompagne d’une vive émission de lumière et d’énergie.
 
La conception des origines de l’univers s’harmonise au moins avec l’affirmation biblique selon laquelle l’univers matériel a eu un commencement. “Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.” - Genèse 1:1.  A123
               
               
               
               
               
               

 





Rapida visita

Visita guidata

Antichità  orientali    Antichità orientali
Antichità egiziane    Antichità egiziane
Antichità romane    Antichità romane